Le magazine particuliers

Aides, prêts bancaires : les solutions pour la vie étudiante

Imprimer cet article

Selon les principales associations étudiantes, l’Unef (Union nationale des étudiants de France) et la Fage (Fédération des associations générales étudiantes), une année universitaire coûte entre 10 500 € et 15 000 € (logement, équipement, frais de santé, frais de scolarité). En France, pour subvenir à leurs besoins, environ 1 million d’étudiants font un « petit boulot » durant leur cursus. En complément de cette solution, et si l’on ne peut pas compter sur un soutien familial, le recours aux aides et au prêt bancaire devient vite indispensable.

Logement : le poste le plus lourd

Les dépenses consacrées au loyer et aux charges sont de loin les plus lourdes puisqu’elles représentent plus de la moitié du budget nécessaire à un étudiant. Pour la Fage, ce poste représente en moyenne 442 € par mois en province et 638 € par mois en Île-de-France (pour la rentrée 2013-2014).
Pour l’Unef, qui s’appuie notamment sur les statistiques de l’OLAP (Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne), ce poste est encore plus élevé, puisqu’il est évalué à 500 € par mois en province et à 700 € par mois en région parisienne.

Pour faire face à cette dépense et sous réserve de remplir certaines conditions, notamment de ressources, il est possible de solliciter une aide au logement auprès de la CAF (Caisse d’allocations familiales), ainsi qu’une caution sous forme de prêt à taux zéro permettant de financer le dépôt de garantie (avance Loca-Pass, caution Good Loc…).

Frais de scolarité : d’énormes disparités

Au-delà des droits d’inscription universitaires (200 € à 600 € selon l’année), qui sont eux aussi en augmentation, les frais d’inscription aux formations des grandes écoles et écoles de commerce varient de 2 000 € à 10 000€ l’année pour certaines grandes écoles (HEC Paris…).
En complément ou non d’une aide familiale ou d’une bourse, le recours au prêt étudiant s’avère dans ces cas rapidement indispensable. Il faut ainsi savoir que les banques ont noué de nombreux partenariats avec ces écoles pour proposer des prêts à des conditions particulièrement avantageuses (différé de remboursement du capital emprunté total ou partiel , absence de frais de dossier, des taux attractifs…). Il convient de se renseigner auprès de son conseiller bancaire.

Frais de santé : en hausse

La couverture santé est un autre poste de dépense inévitable. Il est nécessaire de prévoir la cotisation au régime de sécurité sociale des étudiants (211 € en 2013) dans un premier temps et, le cas échéant, une adhésion à une complémentaire santé.
Sous conditions de ressources, il est possible de bénéficier de l’ACS (aide à l’acquisition d’une couverture maladie complémentaire) d’un montant de 200 € par an. Cette aide permet de financer au mieux une complémentaire santé. Selon les prestations souscrites et l’organisme choisi, ce montant finance en général de 1 à 3 mois d’adhésion.


En savoir plus :
-  http://www.caf.fr/aides-et-services/les-services-en-ligne/estimer-vos-droits
-  http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F13375.xhtml

MIG/Uni-éditions – juillet 2014

Imprimer cet article